December 7, 2022

The Political Chronicle

Complete US News World

Abidjan assures that the 46 military detainees in Mali are Ivoiriens

Publié le :

Les 46 militaires detenues au Mali depuis trois mois, sont bien de nationalité ivoirienne. Précision donnée ce mercredi, par les autorités ivoiriennes, à l’issue d’un Conseil des ministres.

Abidjan et l’ONU affirment que ces militaires devaient participer à la sécurité du contingent allemand des Casques bleus au Mali. But the Malian authorities consider them comme des mercenaries » venus attempter à la sûreté de l’État. Ces dernières semaines, les actions diplomaticiques autour de ce cas ont été importantes, menées notably par le président Togolais, médiateur dans ce dossier.

Mais des informations évoquent une complication dans cette affaire : plusieurs soldats ne seraint pas Ivoiriens mais viendraient du Liberia et de Sierra Leone. Leurs témoignages auraint même été presented aux chefs d’État de la sous-région intercédant dans ce dossier. Un argument balayé par de hauts responsables de Côte d’Ivoire. «Ces militaires sont bel et bien Ivoiriens », insist Amadou Coulibaly, le ministre porte-parole du gouvernement.

« Nul ne peut appartenir à la fonction publique d’un pays s’il n’est national de ce pays, explique-t-il. La Côte d’Ivoire n’échappe pas à cette règle. Pour être membre de la fonction publique ivoirienne, il faut d’abord être ivoirien. Les militaires sont des agents de l’État, ce sont des fonctionnaires et leur corps étant encore plus particulier, vous imaginez bien que ce n’est pas dans l’armée de Côte d’Ivoire que l’on pourrait avoir des non-nationalaux . Ces militaires ivoiriens sont bel et bien Ivoiriens. En dehors des pays qui disponente de légions étrangères ou la loi de leur pays leur permettent d’avoir des gens d’autres nationalités, dans tous les pays du monde, pour appartenir à l’armée, il faut national de ce pays. La Côte d’Ivoire ne peut pas faire exception. Il n’y a donc aucun étranger parmi nos soldiers. »

See also  two continents, the priorities are different

À lire aussi : Mali: pourquoi la libération des soldiers ivoiriens tarde encore