February 3, 2023

The Political Chronicle

Complete US News World

« Au Mali et ailleurs, cette colère contre la France est l’expression douloureuse d’un sentiment d’humiliation »

Minister de la culture du Mali de 1997 à 2000 et militante altermondialiste de longue date, Aminata Traoré n’a rien perdu, à 75 ans, de sa combativité. « Faire une fixation sur un sentiment antifrançais created et entretenu par la propagande russe, c’est encore, estime-t-elle, une manière de nous dire que nous sommes incapable de penser par nous-mêmes et de nous révolter. »

Presentation of our series De Dakar à Djibouti, radioscopie de la relation Afrique-France

Pour l’essayiste, autrice du Viol de l’imaginaire (Fayard, 2002) et de nombreux essais sur la mondialisation capitaliste et les dérives néocoloniales, la colère qui s’exprime aujourd’hui dans les sociétés sahéliennes plonge ses racines dans les échecs des politiques de développement.

Quelle a été votre première rencontre avec la France?

Aminata Traoré Sans doute le premier jour à l’école Maginot de Bamako, sous la colonisation. C’était un établissement pour filles qui avait la particularité d’accueillir des indigènes et des enfants de colons. Les Noirs et les Métisses étaiten d’un côté, les Blancs de l’autre. On ne se mélangeait pas. Ça vous marque, une telle séparation à cet âge-là. Mais j’ai cultivée des amitiés. Et comme j’étais une bûcheuse, une fois au lycée, j’ai sauté la troisième avec l’aide de certains professeurs français, maliens et sénégalais.

Episode 1 Paap Seen : « L’ancien colonisateur continues de faire preuve d’arrogance à l’égard des Africans »

Plus tard, j’ai décroché une bourse pour venir étudier en France. Avec mon mari, nous sommes partis à Caen, où j’ai eu mes deux filles. La question raciale était évidence plus prégnante en France qu’au Mali ou en Côte d’Ivoire. Une Africaine en grossesse en Normandie à la fin des années 1970, ça attirait les regards… Mais moi, je découverfais le pays, je ne me posais pas vraiment de questions. A l’époque, le Front national n’existait pas encore. La situation est become beaucoup plus tendue par la suite.

Militante altermondialiste, vous êtes connue pour être une voix très critique de la politique de la France en Afrique. D’où vous vient cet engagement?

First, I am a product of the gauche. Quand je suis entrée au lycée de jeunes filles, la première République du Mali venait de naître. Comme beaucoup de jeunes gens, j’ai fait partie des « pioneers »sous le régime de Modibo Keïta [président socialiste du pays de 1960 à 1968]. Notre slogan, c’était « pioneer aujourd’hui, pioneer toujours ». En cours d’histoire, on nous parlait des luttes de libération et more precisely du rôle joué par le Mali et du rôle de son president dans la creation de l’Organisation de l’unité africaine. Cette fiber panafricaine, j’en suis imprégnée depuis l’enfance.

See also  Live débat dentre-deux-tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen
Episode 2 Emna Belhaj Yahia : « La France de la fraternité, de l’égalité, de la liberté m’appartient autant qu’à vous »

Devenue étudiante, j’étais à Dakar during la grande grève de 1968 à l’université, la première du genre sur le continent. C’était mon premier contact avec ce genre de soulèvement. Ensuite, je suis partie étudier à Abidjan, à l’Institut d’ethnosociologie. I met Laurent Gbagbo et sa femme, qui étudiaient à l’Institut de linguistique, et d’autres enseignants de gauche. On était tous très critiques de l’économie de rente et de la dépendance de l’Afrique aux cultures d’exportation. Puis j’ai rejoint le ministère de la condition féminine, created by Félix Houphouët-Boigny [président de la Côte d’Ivoire de 1960 à 1993]et j’ai fait mes premiers pas sur le terrain en Côte d’Ivoire et dans d’autres pays Africans, en tant qu’experte pour les agences des Nations unies.

During nearly two decades, in the 1960s and 1970s, our states believed that there was a model of development, that transfers of technology, financing and good cooperation with developed countries would allow us to see the end of the world. tunnel. Moi-même, j’étais persuadée que l’école et l’emploi allaient permettre aux femmes d’occuper une place dans le développement de leur pays, si tel était leur souhait. Les années 1980 ont été un coup de massue. Avec les programs d’ajustement structurall, les premiers diplôme sans emploi ont commeinée à appareil, assis à longueur de journée dans les rues sans trouver de boulot. Les premiers départs de clandestines remontent à cette époque. Quand je suis rentrée de France, j’ai compris qu’il y avait quelque chose de tordu dans le paradigme dominant.

See also  Sanctions are located in Russie: one of the largest financial institutions in the world

Les manifestations de défiance à l’égard de la France se multiply depuis quelques années, particulier au Sahel. Est-ce que vous vous sentez une filiation avec ces mouvements antifrançais tels qu’ils s’expriment aujourd’hui?

Je sais, de par mon parcours en Afrique, en France et ailleurs, que cette colère est l’expression douloureuse et peut-être violente d’un sentiment d’humiliation. L’humiliation, après tout ce qui nous est arrivé, de voir nos drames et nos morts traités différemment. L’humiliation ressentie après le discours de Nicolas Sarkozy, à Dakar. Faire une fixation sur un sentiment antifrançais created et entretenu par la propagande russe, c’est encore une manière de nous dire que nous sommes incapable de penser par nous-mêmes et de nous révolter.

Episode 3 Joey le Soldat, rapper burkinabé : « Rien n’empechera la rupture avec la France, c’est le constat de la jeunesse »

Pendant des années, on nous a donné l’impression qu’il n’y a pas d’alternative, que la mondialisation capitaliste était inesétéor. Ce mensonge d’Etat, entretenu à la fois par les pays « donateurs » et les pays « beneficiaires », a engendré une frustration enorme. Ceux qui nous governent nous ont dit : « Allez aux urnes et le problème sera réglé. » Mais d’une élection à l’autre, on a connotate qu’il n’y avait toujours pas de boulot, pas de visas, pas d’argent. Puis le bourrage de crâne a consisté à nous répéter qu’il n’y avait qu’une seule manière de lutter contre le djihadisme : l’instrument militaire. Mais la libération promise a tourné à l’enlisement.

Les soldiers français de l’opération “Barkhane” ont tous quitté le Mali cette année. Vous qui vous êtes toujours opposé à cette intervention militaire, comment avez-vous perçu ce départ? Le Mali at-il regagné en souveraineté, comme le disent les autorités de transition?

Oui. Car la France n’a pas gagné cette guerre. Elle est partie et nous non plus, nous ne l’avons pas encore gagnée. Mais il ya l’humiliation en moins. In Mali, toute une génération de militaires a vécu dans sa chair ce que cette guerre veut dire. Des jeunes ont été projetés sur le terrain, sans autonomie de pensée ou d’analyse de la situation. Quand les Maliens disaient : « Let us try the dialogue with Iyad et Koufa »la France répondait : « Il n’en est pas question ! ». Et les gens tombaient – ​​et tombent encore – comme des mouches. C’est tout cela qui amenés à tenir tête au diktat de Macron.

See also  La CEDEAO mainten ses sanctions contre le Mali et le Burkina Faso (communicate)

Vous avez été ministre de la culture et du tourisme du Mali at the end of the 1990s, under the presidency of Alpha Oumar Konaré. Aujourd’hui, des gestes en faveur d’une réconciliation des mémoires ont été engagés. Notamment avec la restitution d’objets et d’œuvres pillés pending la colonisation. Pensez-vous que cette politique aille dans le bon sens?

Les lignes bougent, il n’y a plus de sujets taboos, mais les bouleversements en cours sont d’une telle ampleur et d’une telle gravité qu’il faudrait faire beaucoup plus. La guerre gâche tout. Dans le nord du Mali, le pillage continues, si bien que j’ai du mal à me consoler en apprenant que quelques objets spoliés ont été restitués au Bénin. Surtout, je pense qu’il faut articuler ces questions mémorielles à ce qui fait la creativité et la culture d’une société. Nous devons nous poser la question : qu’est-ce que nous avons été et qu’est-ce que nous produisons encore qui a du sens sur le plan social, économique, écologique ?

Sommaire de notre série « From Dakar to Djibouti, radioscopie de la relation Afrique-France »