September 27, 2022

The Political Chronicle

Complete US News World

Dakar proposes its bons offices dans le dossier des accusations de Bamako contre Paris

Publié le :

While the United Nations has not yet responded to Mali’s request for a meeting of the Security Council, Senegal has placed itself as a mediator between transition president Assimi Goïta and French president Emmanuel Macron.

Le 15 août, le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop avait accusé la France d’incursions illegales dans son espace aerien et de sutenir des groupes jihadistes.

Face à ces tensions, Dakar assure « Follow the question » qui oppose Bamako et Paris. « On souhaite que tout ce qui se passe, dans notre espace, à côté de nous et particularement au Mali, se règle par la negotiation, l’entente et dans la plus parfaite cordialité », explained the French Minister of Foreign Affairs, Aïssata Tall Sall, au micro de notre correspondante à Dakar, Thea Olivier.

À lire aussi : Le Mali attend toujours sa réunion d’urgence aux Nations unies

« Le Conseil de sécurité ne s’est pas encore réunion et n’a pas fixe de date de réunion autour de cette question, rappelle la ministre. But I am convinced that President Macky Sall will continue to play the role of mediator with Colonel Goïta, but also with President Macron, so that we can arrive at a solution that suits the parties and this affair. ne soit pas exposé au Conseil de sécurité. »

Aïssata Tall Sall assures that president Macky, « dans la mesure de ses possibilities, fera tout ce qui est nécessaire pour que cette affaire s’arrête là, et n’évolue outre-mesure. »

À lire aussi : Pourquoi le Mali accuses France of supporting jihadists?

See also  "This organization is for the benefit of all chefs"