October 7, 2022

The Political Chronicle

Complete US News World

des milleurs de déplaceds après les inundations meurtrières

Publié le :

Un premier bilan a été dressé par les authorities, jeudi 11 août, après les inondades meurtrières qui ont touché le pays début août : 11 morts et plus de 5 047 personnes déplacedées. According to l’agence de gestion des crises gambienne, il s’agit des pires inundations depuis près d’un demi-siècle.

Avec notre correspondent à Banjul, Milan Berckmans

Sur la Tobacco Road, l’un des endroits les plus touchés par les inundations à Banjul, Mbayang Joof, mère de famille de 45 ans, montre la marque laissée par l’eau dans sa chambre, à 40 centimètres du sol : « Plus personne ne peut dormir ici parce que la maison a été inondée et que tous les lits étaiten remplis d’eau, donc on dû mettre des blocks au sol pour pouvoir mettre les matlas en hauteur pour qu’ils puissent au moins scher. Mais depuis les inundations, plus personne ne dort là. »

Après une nuit les pieds dans l’eau, Mbayang et sa famille take refuge à l’école Saint-Augustine de Banjul. Là-bas, seuls les plus jeunes et quelques anciens restent, alors que les familles tentent de recuperar ce qu’elles peuvent dans leurs habitations. Au milieu des enfants, Demba Dibbah, doyen de 75 ans, raconte : « Des pluies comme celle-là, je n’en ai vu qu’une seule fois dans ma vie. C’était il ya très longtemps, en 1974. Depuis, je n’ai plus rien vu de pareil. Generally, quand il pleut, l’eau s’école vers la rivière. »


Dans ce lycée de la capitale Gambienne, les authorities et la Croix Rouge ont mis à disposition un grand matelas double pour chacune des 59 familles presentes, ainsi que de la nourriture et une aide médicale.

See also  In the case of Patrice Lumumba's file in Bruxelles

Mais, comme l’explique Ebrima Ceesay, le responsable de ce refuge, certaines personnes ne podyant pas rentrer chez elles : « C’est tellement dévastateur. Une femme vient de me dire qu’elle ne pensait pas pouvoir revenir dans son logement, parce que les murs sont tellementum qu’ils potrouint s’écrouler. Ça demande beaucoup de stratégie et de réflexion de voir comment gérard d’une situation à l’autre. »

According to the latest estimates of the Croix Rouge en Gambie, près de 200 habitations ont été détruites lors de ces inundations, pour un total de plus de 1 600 foyers touchés. Dès la semaine prochaine, la Croix Rouge distributera de l’argent aux sinistrés, des dédommagements allant de 5250 à 25.550 dalasis (100 à 500 euros environ), en fonction de la gravité du sinistre.