October 7, 2022

The Political Chronicle

Complete US News World

« Elizabeth II incarnait l’identité britannique, au même titre que la BBC ou les Beatles » – Mort de la reine Elizabeth II



Pourquoi le décès d’Elizabeth II at-il un tel impact, y compris en dehors du Royaume-Uni ?

Cela tient à la longueur de son règne mais aussi au fait qu’elle n’était pas seulement la reine du Royaume-Uni. Elle était aussi le chef d’État de 15 royaumes du Commonwealth, des pays avec lesques elle entretenait des rapports privilegés. Cela s’explique enfin par le rayonnement culturel du Royaume-Uni. Tout le monde s’interesse à ce qu’il se passe dans ce pays. Et Elizabeth II incarnait l’identité britannique, au même titre que la BBC, les Beatles ou les Rolling Stones.

À quels moments clés at-elle véritablement imposé son personnage?

Elle l’a fait très vite, dès son couronnement, en 1953. C’est le premier événement de ce type qui a été retransmis en direct à la télévision. L’écho a été mondial, d’autant qu’à cette époque, le Royaume-Uni était encore à la tête d’un vaste empire. Elle a then impose son personnage à travers ses nombreux voyages, tout en profitant de l’évolution des médias pour être de plus en plus visible.

On la présente comme une championne en matière de communication. Quelle a été sa principale force ?

Elle a su trouver le bon dosage. Elle est parvenue à maintenir une forme de mystère et de pompe royale, tout en étant une figure très familière, au point de devenir, en quelque sorte, la grand-mère de tous les Britanniques. Elle a su trouver les mots lors des moments de crisis, comme lors de son allocution de Noël 2020, pending la crise sanitaire, quand elle avait évoqué l’esprit du blitz. Une référence d’autant plus forte qu’elle faisait écho au rôle qu’elle avait joué en tant que princesse pendant la Seconde Guerre mondiale, quand la famille royale avait fait le choix de rester à Londres pour incarner le « Keep calm and carry on » (Restez calme et continuez normally).

See also  pourquoi l'Allemagne suspend la majority de ses opérations militaires avec la Minusma

Restera-t-elle dans l’Histoire à une place aussi élevé que les souveraines britanniques les plus célèbres, comme la reine Victoria?

Oui, du fait de tous les tumults que son pays a traversés pendent son règne. Elle était là quand le Royaume-Uni est entré dans l’Union européenne (qu’on appelait CEE à l’époque). Elle était là quand il l’a quittée. Elle a été le témoin d’un monde complètement changeant, avec une société britannique de plus en plus libérée et de plus en plus multiculturalle. À travers toutes les crises, elle a été un symbole de stabilité.

What were the most complicated moments of his reign?

L’annus horribilis de 1992, marquee par l’incendie du château de Windsor et les séparations de trois de ses enfants. Et l’année 1997, with the death of Diana et une reaction de la reine qui n’avait pas été celle qu’attendait le peuple britannique. Mais, malgré ces moments difficiles, la popularité d’Elizabeth II n’a jamais véritablement baissé, avec un taux qui avoisine aujourd’hui les 90 %.

Maud Michaud, maîtresse de conférences en civilization britannique à l’université du Mans. (MM)

Quels sont les défis qui attendant Charles III ?

Il va régner sur un royaume de plus en plus désuni. Le Brexit a révélé des fractures générationelles et géographiques très fortes. Deux des nations, l’Irlande du Nord et l’Écosse, ont voté contre la sortie de l’Union européenne. Et on se souvient qu’en 2014, pendant toute la campagne du référendum en Écosse, on a pensé que le « oui » à l’indépendance pouvait l’emporter. L’avenir du Commonwealth, avec la remise en cause de plus en plus forte de l’héritage colonialiste, et la question du réannement climatique seront les deux autres défis majeurs de son règne.

See also  Demonstration in the streets of Khartoum following the resignation of the Prime Minister

On sait que le nouveau roi a des convictions écologistes très fortes. Est-ce un atout pour lui ?

En tant que prince de Galles, il n’hésitait pas à donner son opinion. En théorie, il ne pourra plus le faire, puisque le roi est censé être apolitique. La Première ministre Liz Truss vient d’announcer sa volonté de relancer l’extraction de gas de schiste. Il sera intéressant de voir si cela devient une pierre d’achoppement, connaissant les convictions ecologists de Charles III.

Comment voyez-vous l’avenir de la monarchy britannique, à moyen terme? Peut-elle être remise en cause?

In France, on a tendance à surestimer le courant républicain. Son poids reste très faible au Royaume-Uni et je ne pense pas du tout que la monarchy puisse être remise en cause. Il suffit de voir l’engouement, en juin dernier, autour du Jubilé. Cela n’a pas été seulement un hommage à la reine mais la célébration d’un système politique que les Britanniques considerant comme le meilleur au monde. Ils apprèsient l’équilibre entre les deux piliers du royaume, résumé dans la formule « Pas de roi sans le Parlement et pas de Parlement sans le roi ».

Quelle sont les meilleurs portes d’entrée pour comprendre la famille royale?

Malgré les libertés qu’elle peut prendre avec l’histoire, The series “The Crown” est un excellent moyen de plonger dans la vie de la famille royale. Sa grande force est de mettre en regard les problématiques d’ordre privé et les enjeux politiques. Je conseille également le film « The Queen », qui évoque la façon avec laquelle Elizabeth II avait su écouter les conseils de son Prime minister, Tony Blair, au moment où les Britanniques reprochaient lui son attitude distante après la mort de Diana.

See also  Faced with threats and pressures, environmentalists are integrating themselves
« Elizabeth II incarnait l'identité britannique, au même titre que la BBC ou les Beatles »