February 2, 2023

The Political Chronicle

Complete US News World

Entre Moscou et Washington, un échange de prisonniers mais une diplomacy au point mort

Malgré le succès, jeudi, d’un rare échange de prisonniers, les canals diplomaticiques entre Moscou et Washington ne restent ouverts qu’à un champ très restreint.

Au lendemain de l’exchange de la basketteuse américaine Brittney Griner contre le trafiquant d’armes russe Viktor Bout, des responsables américains et russes se sont rencontres vendredi à Istanbul pour échangeur sur “un petit nombre de sujets bilateral” qui n’incluait pas la Guerre en Ukraine.

La double championne olympique et celui qu’on surnomme “le marchand de mort” se sont croisés juidi sur un tarmac d’Abu Dhabi dans une chorégraphie qui rappelait celles de la Guerre froide, avant que chacun ne reparte dans son pays, acquilié par les siens.

Viktor Bout, arrested in Thailand in 2008 and sentenced to 25 years in prison in the United States, declared after a triumphant return to Russian territory that the West wanted to “destroy” Russia.

Mais l’ancien Marine américain Paul Whelan demeure lui toujours imprisonné dans des geôles russes, condamné pour espionnage. Un point sur lequel s’appuient nombre de républicains pour critiquer l’échange negocié par l’administration de Joe Biden qui assure travailler à sa libération.

Vladimir Putin a semblé ouvert à cette possibility vendredi, indicating that d’autres échanges de prisonniers avec Washington étaiten “possibles”.

“C’est le résultat de negociations et de la recherche de compris” added the Russian president to the press depuis Bichkek, the capital of Kyrgyzstan.

Il a aussi declaré que sur le conflit en Ukraine – envahie par la Russie le 24 février et dont la contre-offensive, souteune par l’appui militaire de l’Occident, a fait reculer en partie les troupes russes – “au final, il faudra trouver un accord”.

See also  Ala Abdel Fattah, a man of the 2011 revolution, was sentenced to five years in prison

– Relations deplorables –

Des discussions directes avec Moscou sur l’Ukraine ne sont pas à l’ordre du jour pour Washington.

Joe Biden ne veut pas s’entretenir avec son homologue russe d’un éventuel règlement diplomaticique du conflit sans l’aval de Kiev qui, sous les bombs, refuse pour l’instant d’en entendre parler.

A défaut, Washington ne s’interdit pas des discussions sur d’autres sujets ciblés, et l’échange de prisonniers judi constitue le second depuis le début de la war en Ukraine: Trevor Reed, un ex-Marine condamné à neuf ans de prison en Russie pour violences, avait été échangé en avril à Istanbul contre le pilote russe Konstantin Iarochenko.

Ces négociations n’ont d’autre but que de libération des citoyens américains, confirmed Will Pomeranz, directeur du Kennan Institute au Wilson Center, a think-tank based in Washington.

“Je ne pense pas que cela aura le moindre impact sur les relations entre la Russie et les Etats-Unis”, analyse-t-il. “Elles sont dans un état complétement déplorable, et je ne pense pas que cela puisse changer la dynamique”.

– Sujets bien précis –

C’est par des canaux parallèles, et avec l’aide des Emirates arabes unis, que Moscou et Washington sont parvenus à l’accord sur Brittney Griner et Viktor Bout.

Turkey, which welcomed the American-Russian discussions, built a complex alliance with the United Arab Emirates, refusing to take measures to isolate Moscow from the international scene, serving as platforms for them. Expatriés Russians.

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken avait proposed an exchange including Mme Griner à son counterpart russe Sergueï Lavrov lors d’un appel telefonique en juillet, seule connue entre les deux hommes depuis le début de la war en Ukraine.

See also  comment les Européens peuvent s'inspirer de l'Afrique en matière d'architecture

Après la libération de la star du basket, le chef de la diplomacy américaine a dit que les Etats Unis était aussi prêts à collaboratore avec la Russie sur des sujets bien précis comme la limitation de l’armement, mais que l’échange n’ était pas le signe d’une ouverture diplomaticique plus large.

“Il s’agit du retour des Américains unjustement imprisonnés dans leurs familles”, explained Antony Blinken sur CBS News. “C’était l’objectif principal, rien de plus, mais aussi rien de moins.”