February 3, 2023

The Political Chronicle

Complete US News World

La Fertilisants organo-minéraux Industries incapable d’assure de l’engrais payé d’avance aux agriculturists burundais – VivAfrik

Sale temps pour la Fertilisants organo-minéraux Industries (FOMI) qui n’arrive plus à satisfyer la demande des cultivatores en engrais organo-minéraux. Ce qui a provocé une baisse de récolte pending la saison culturale B de l’année 2022.

En effet, le gouvernement burundais a interdit depuis 2019 toute importation d’engrais chimiques dans le pays et a octroyé le monopole de sa fabrication à une société, la Fertilisants organo-minéraux Industries, qui appartient officiellement à un riche homme d’affaires membre éminent du parti au pouvoir. Mais les problèmes se sont multipliés. L’usine n’est pas parvenue à satisfyer la demande, alors que les paysans avaient payé d’avance. Un véritable drame dans ce pays où plus de 80% de la population vit d’une agriculture de subsistence. C’est dans ce contexte difficile que le président de la République announced l’implantation d’une nouvelle usine pour compler le deficit.

President Evariste Ndayishimiye explained that agriculture has experienced difficulties especially linked to the lack of nutrients. Cette insuffisance d’engrais a costé cher au Burundi. Le président parle d’une baisse de 40% de la harvest au cours de la saison culturale B de l’année 2022.

Du côté des paysans burundais, ils ne ceasent de se lamenter depuis l’octroi du monopole de la production d’engrais chimiques à la FOMI, une société de droit privé. La raison ? Les autorités obligent pratiquement ces agriculteurs à payer en partie ou en tollimento l’engrais avant qu’il ne leur soit fourni. Un contrat qui n’est pas toujours respecté. Gérard, un peasant du center du Burundi, ne cache pas sa colère.

« Ici à Gishubi, les paysans ont payé leur engrais de la saison agricole A en septembre (2022), mais une bonne partie n’a pas encore reçu ces inputs agricoles aujourd’hui. Et nous sommes en colère parce qu’on n’a pas encore reçu l’engrais déjà payé. Et maintenant, ils exigent de nous que l’on paye une avance pour l’engrais de la saison B alors qu’on pas encore reçu celui de septembre ». Il en est de même dans pratiquement toutes provinces du pays.

See also  Quand la ferveur de la Coupe d'Afrique traverse l'Atlantique

« Iyo amazi abaye make aheberwa impfizi » « Le peu d’eau disponible est réservé au bœuf plutôt qu’à la vache », lance the president. Il faisait allusion au fait que quand tout le monde ne pouvati pas avoir accès à l’engrais, le peu qu’il y avait était pour le plus puissant. Le petit cultivator is not privileged. Une situation qui a fait naître une spéculation autour de ce produit.

Friday 13 January 2023, la FOMI qui a le monopole de production de l’engrais a tenté de rassurer les agriculturists et les pouvoirs publics en assurant que cette fois, ses produits seront disponibles à partir du lundi 16 janvier 2023 et en quantité suffisante.

Sans trop convaincre, car le problème est plutôt « structural » estime Gabriel Rufyiri, le président de l’Olucome, une organization de lutte contre la corruption, qui fustige le monopole accordée au propriétaire de l’usine FOMI. « Tout le marché a été donné à une seule société au moment où elle n’est pas capable de satisfier toute la population. Il faut que le gouvernement change de strategy parce que enrichir un seul individu au détriment de millions de personnes est unacceptable ».

Une deuxième usine de fabrication des engrais pour relever les défis

Pour le president, l’usine de fabrication des engrais FOMI ne pouvati pas satisfye toute la demande des cultivatores. La raison évoquée par M. Ndayishimiye est que la population agricole a augmentée, suivie de l’élargissement des terrains cultivables. FOMI n’était pas préparé à servir ce bon monde, at-il fait remarquer.

Pour pallier à cette tendance, le president announce l’implantation d’une nouvelle usine de fabrication d’engrais. Au départ, la capacité de production de FOMI était de 120 000 tonnes par an, réparties en 50 000 tonnes d’engrais organo-minéraux et 70 000 tonnes de chaux agricole.

See also  Environ 120 million diuros davoirs libanais gels lors d'une operation contre le blanchiment

Rappelons qu’il ya deux ans, le pays avait perdu une partie de sa production à cause des engrais mal dosés. Cette fois, le Burundi lost 40% of the agricultural production expected for la saison agricole B à cause du manque d’engrais, a reconnu dernièrement le president Burundi, Evariste Ndayishimiye.

Moctar FICOU / VivAfrik