December 7, 2022

The Political Chronicle

Complete US News World

L’actress Lupita Nyong’o critiquée pour son rôle d’ambassadrice de De Beers

Elle avait décliné un rôle dans un film sur le Dahomey en raison, subodorait-on, de son passé esclavagiste. Cette fois-ci, Lupita Nyong’o, la mannequin et actrice primée aux Oscars, a acceptée les pieds joints de devenir l’égerie de la nouvelle campagne De Beers (Where it Begins).

Bien qu’ayant fait un revirement spectaculare pour se conformer à la nouvelle Afrique du Sud en cédant dés 2006 around 26% de ses actifs à un groupe noir, Ponaholo Investments, dans le cadre de la politique de discrimination positive appelé Black Economic Empowerment (BEE ), le groupe De Beers a une histoire pourtant liée à l’Apartheid, ce régime d’exception tombé en 1991.

Ce lourd héritage de De Beers n’a pas gêné l’actrice née à Mexico de parents diplomates kenyans. Lupita Nyongo’o s’est dit «honorée d’être la première ambassadrice mondiale de De Beers». Et d’entonner avec emphase: «cette campagne donne vie au pouvoir de transformation que je resents lorsque je porte des creations en diamant. Plus important encore, mon partenariat avec De Beers me permet d’étendre mon plaidoyer en faveur des femmes et des filles à travers le monde ».

Les convictions qui ont poussé l’actrice à refuse de jouer dans « Woman King », un film qui revisite le passé du Dahomey tout en ignorant le rôle de celui-ci dans la traite négrière, appartiendraient-elles déjà au panthéon des révolutions?

Le film boycotté par la jeune actrice a vu sa promotion barrée par un hashtag #BoycottWomanKing apparu sur Twitter dés sa sortie aux USA le 16 septembre dernier.

See also  Why the Congo variation is of concern in France as well

Quant à la campaign de Beers, elle aura déjà gagné en visibilité par le choix de l’actrice la plus visible d’Hollywood. Le diamant a parlé.