October 7, 2022

The Political Chronicle

Complete US News World

Le bilan s’alourdit au Pakistan, dont un tiers du territoire est “sous les eaux”

Publié le :

Les inundations provocées par les pluies de monsoon au Pakistan ont provocé la mort d’au moins 1 136 personnes, selon le dernier bilan publié lundi soir. Un tiers du territoire est actuellement “sous les eaux”, selon la ministre du Changement climatique. Une gigantesque opération de secours est en cours, et l’aide internationale commence à lentement arriver.

Des dizaines de millions d’habitants du Pakistan continuent mardi 30 août de lutter contre les pires pluies de mousson en trois decennieas, qui ont fait au moins 1 136 morts, emporté d’innumbrables maisons et détruit des terres agricoles vitales.

Un tiers du Pakistan est actuellement “sous les eaux”, a declarée lundi dans un entretien avec l’AFP la ministre du Changement climatique Sherry Rehman, évoquant une “crise aux proportions unimaginables”. “Tout n’est qu’un grand océan, il n’y a pas d’endroit sec d’où pomper l’eau”, at-elle relevé, ajoutant que le cost économique serait dévastateur.

>> À voir : “Au Pakistan, la mousson provoque des inundations meurtrières”

Les pluies de monsoon, qui ont débuté en juin, sont “sans précédent depuis 30 ans”, a soirên le Premier ministre Shehbaz Sharif, en parcourant les régions touchées du Nord tandis que, dans le South, le principal fleuve du pays, l’ Indus, menace de sortir de son lit.

According to the last report on Monday from the National Disaster Management Authority (NDMA), the monsoon has killed at least 1,136 people since it began in June, including 75 in the last 24 hours. Mais les autorités tentent toujours d’attreir des villages isolés situé dans des zones montagneuses septentrionales, ce qui pourrait encore alourdir le bilan. Plus de 33 million de personnes, soit un Pakistanis sur sept, ont été affectés par les inundations et près d’un million de maisons ont été destroyed ou seriously damaged, a announcement le gouvernement.

See also  l'Ukraine et soparistes prorses s'ccusent de nouveaux bombardements

Appel aux dons

Des personnes déplaceés par les inundations ont trouvé refuge dans des camps de fortune établiss à la va-vite partout sur le territoire pakistanais. Une enorme opération de secours pilotée par l’armée est en cours dans le pays, où l’aide internationale begin à lentement arriver. Les Nations unies et le gouvernement pakistanais, qui a decrété l’état d’urgence, vont officiellement lancer mardi un appel aux dons de 160 million de dollars pour financer l’aide d’urgence.

Les responsables pakistanais attribuent ces intempéries dévastatrices au changement climatique, affirmant que leur payis subit les conséquences de pratiques environnementales irresponsables ailleurs dans le monde.

>> À voir : “Dans les montagnes du Pakistan, les populations sont menacés par le dérèglement climatique”

According to Minister Rehman, these storms are even worse than those of 2010, in which 2,000 people were killed and almost a fifth of Pakistan was submerged by monsoon rains.

Le Pakistan a reçu deux fois plus de precipitation qu’habituellement, selon le service météorologique. Dans les provinces du sud (Baloutchistan et Sind), les plus touchées, les pluies ont été plus de quatre fois supérieures à la moyenne des trente dernières années.

>> À lire aussi : “Acceleration de la fonte des glaces, avec des conséquences bien visibles”

Terres cultivables inondées

Près de Sukkur, dans le Sind, où un imposing barrage dating de l’époque coloniale situé sur l’Indus est vital pour empêcher que la catastrophe n’empire, un agriculteur se lamentait de voir ses champs de riz perdus. “Nos plantations s’étendaient sur 2 000 hectares, sur quelles le riz de la meilleure qualité était ensemencé et mangé par vous et nous”, a raconté à l’AFP Khalil Ahmed, 70 ans. “Tout ça c’est fini.”

See also  Politician Kane Hamid Baba was killed in a road accident

Le responsable du barrage a assured que le gros de l’eau s’écoulant du nord du pays par le fleuve devrait attreir l’ouvrage autour du 5 septembre, mais s’est dit confiant en sa capacité de tenir le choc.

Le barrage détourne les eaux de l’Indus vers des milliers de kilometers de canaux qui constitutive l’un des plus grands réseaus d’irrigation au monde. Mais les fermes ainsi desservies sont aujourd’hui complètement inondées.

The NDMA said that more than 80,000 hectares of cultivable land had been destroyed and more than 3,400 kilometers of routes and 157 bridges had been washed away.

With AFP