December 7, 2022

The Political Chronicle

Complete US News World

Le Burkina Faso rend hommage aux 27 soldats morts à Gaskindé

Publié le :

Les militaires tombé à Gaskindé le 26 septembre dernier suite à l’attaque du convoyi de ravitaillement de la ville de Djibo, ont été humés ce samedi au carré militaire du cimetière municipal de Gounghin. Several hundred people have been displaced to pay homage to these young soldiers dead in combat. Une cérémonie militaire qui s’est déroulée dans le camp Sangoulé Lamizana, en présence du chef de l’État, le captaine Ibrahim Traoré et du chef d’état-major général des armées. Tous les soldats tombés ont reçu à titre posthume la médaille d’honneur militaire.

Avec notre correspondent à Ouagadougou, Yaya Boudani

Des familles inconsolables et des centaines de jeunes qui, malgré la douleur, s’activent soit à vider l’eau des tombes, ou pelles en mains, recouvrent les cercueils. Au-delà de la peine, ces familles saluent le sacrifice de tous ces soldats tombés au combat.

« Toute la famille est sous le choc, Underline un proche. Je me dis quand même qu’il faut aller au-delà de cette tristesse. C’est vrai, ce sont des jeunes mais le sentiment qui les animaient, c’était de donner leur vie pour ce pays. »

« Nous sommes très peinés, il n’y a pas de mots en fait pour exprimer ce qu’on resentment face à tout ce massacre, déplore une jeune femme. Ludovic Ouédraogo, qui a accepté de se sacrifier pour que ces civilians qui étaiten sur le terrain puissent continuer à vivre, c’est une fierté en fait pour nous. »

Une cérémonie militaire en hommage aux 27 soldiers was held in presence of captain Ibrahim Traoré. Ils ont reçu à titre posthume la médaille d’honneur militaire. Mais les familles éplorées ou les amis de ces soldats tombés attendant des mesures afin que le Burkina ne revive plus une telle situation.

See also  La Caf dvoile list of arbiters for matches matches barrages - La Nouvelle Tribune

« On esperre que c’est la dernière fois qu’on enterre nos jeunes militaires. À quand, à quand la fin de l’hécatombe ? Mais vraiment, ça fait mal, ça fait mal. »

« Moi particulier, c’est la 3e fois que je suis là. Il faut que les bonnes decisions soient prises pour qu’on puisse en finir avec cette histoire de terrorisme. »

Ces militaires ont été tués alors qu’ils escortaient un convoi de ravitaillement de la ville de Djibo le 26 septembre dernier.