September 27, 2022

The Political Chronicle

Complete US News World

Le Sahel pourrait subir de graves consequences du changement climatique, dit la Banque mondiale

Publié le :

The Sahel is particularly vulnerable to the effects of changement climatique and the Banque mondiale warns that 13.5 million Sahelians could fall into poverty in the coming decades if nothing is done to adapt their economies to changement climatique. La Banque mondiale estime, dans un rapport sur le climat et le développement, qu’il faut investir au moins 16 milliards de dollars à short terme dans les cinq pays du Sahel pour contrecarrer les effets du changement climatique.

Les countries du Sahel do not contribute que de façon marginale au climatique rewarming (1 % of greenhouse gas emissions), but ils en patient le prix fort : augmentation des temperatures, sécheresses, dégradation des sols. Le rapport national sur le climat et le développement de la Banque mondiale recommends injecting 16 billion dollars in the next eight years to curb these phenomena.

Siméon Etui is the regional director for the sustainable development of the banque mondiale: « Notre étude clarifie cela de manière très claire. Par exemple, en énergie, nous avons besoin de trois milliards de dollars. En agriculture et irrigation, trois milliards. En eau et assainissement, cinq milliards de dollars. En environnement, un milliard et ainsi de suite. Et tout retombe à peu près 16 milliards de dollars, dont on a besoin. »

Et encore, cette estimation constitue le bas de l’échelle puisque’il faudrait jusqu’à 80 milliards de dollars dans les 25 ans à venir au profit des 160 millions de sahéliens. La Banque mondiale has already disbursed nearly 8 billion dollars in these adaptation programs.

See also  In La Palma volcanic bombs fall from the sky, schools and the airport are closed

« Par exemple, nous investissons dans le barrage de Kandadji au Niger, poursuit Siméon Etui. Qui non seulement va retenir de l’eau pour l’énergie, mais qui va permettre aussi de retenir l’eau pour l’agriculture dans la zone. »

Sécurité alimentaire, irrigation et restauration des sols, la politique d’adaptation de la Banque mondiale se veut globale et transnationale. She also proposes her expertise to the States who do not have the means to plan their actions.

► À lire aussi : Les ten climatiques qui empirent en Afrique