December 7, 2022

The Political Chronicle

Complete US News World

les autorités sénégalaises se montrent reassuring

Publié le :

L’affaire des syrups suspects en Gambie, après la mort de près de 70 enfants, s’immisce au Sénégal. Les décès en Gambie potrouint être liés à des médicaments contre la toux, fabriqués en Inde. L’usine productrice a été mise à l’arrêt mercredi et l’OMS a émis une alerte mondiale. Au Sénégal, pays voisin de la Gambie, les autorités sanitaires se montrent reassuring, mais appellent à la vigilance.

With our correspondent à Dakar, Charlotte Idrac

Il n’y a pas de raison de panicer, affirme le docteur Oumy Kalsoum Ndao, directrice générale de l’Agence de règlementation pharmaceutique (ARP), car les produits incriminés ne sont pas autorisés au Sénégal. Et officielment, à ce jour, aucune boîte de sirop suspect n’a été identificée. « Ces quatre produits retrouvés dans un pays très proche du Sénégal ne doivent pas être dans notre chaîne d’approvisionement. Nous avons demandé à l’ensemble des service providers que, s’ils ont vu ces boîtes quelque part, qu’ils le signalent », explique-t-elle.

« S’ils ont des patients qui manifestent des effets, qu’ils alertent », ajoute-t-elle. Et d’agouter : « On a demandé également à la sécurité sanitaire, aux gouverneurs, aux médecins-chefs des régions, au système du commerce, au niveau de la douane, si quelqu’un trouve ces boîtes quelque part, qu’ils alertent l’ARP ».

► À lire aussi: L’OMS launches an alert on four Indian syrups after the death of 66 children in Gambia

Le risque se situate sur les marchés informals de médicaments. Pour cela, les authorities ont launched an appeal aux citoyens : « On appelle à la sérénité, mais on appelle aussi à la responsabilité. Nous savons pertinemment que les produits se fonctionrent d’un pays à un autre de façon fraudulentuleuse, mais si les populations aident nous à aller prendre les medicos là où ils doivent les prendres, dans le circuit officiel, nous pourrons dire que nous sommes sécurisés ».

See also  Poor report of the Commission of Inquiry into the illegal exploitation of resources in South Kivu

L’agence points out that the inscriptions on the boxes of contaminated products are in English. She relayed photos to sensitize populations.