December 7, 2022

The Political Chronicle

Complete US News World

les entrepreneurs racontent leurs expériences de la production locale

Publié le :

La dixième édition du Salon « Made In France » a lieu jusqu’à dimanche 13 novembre, à Paris. Quelque 900 exhibitors, et des milliers d’articles 100% français attendant les visiteurs. The organizers are expecting a record 100,000 visitors for this tenth edition. Rencontre avec les entrepreneurs qui se sont lancés dans l’aventure.

Poussé par les crises économiques successivees de ces dernières années et la necessaire relocalisation du sector industrial français, le Made in France dépassé aujourd’hui le simple effet marketing. Le salon du « Made In France » surfe sur les concepts de « relocalisation » des emplois, et de « souveraineté » nationale, deux thèmes qui se trouven au cœur du débat public depuis la crise sanitaire.

►À lire aussi : Salon du «Made in France»: la relocalisation pour faire face à la crisis

De la chaussette alsacienne au fabricant de trompettes francilien, le Salon « Made in France » ofre un vaste panel du savoir-faire hexagonal, avec un ax écologique très présent cette année. Cultiv est une nouvelle marque de cosmétiques created avec des invendus de l’agriculture biologique.

« Mon petit chouchou, c’est l’épinard par exemple. L’épinard, c’est assez clivant comme plante déjà, il ya ceux qui aient et ceux qui détestent. Il faut savoir que c’est très concentré en pigments chlorophylliens, qui en fait de super boucliers antioxidants », constate Lauren Lachaud, co-fondatrice de la marque.

Un jean français

Relocaliser des emplois en France, c’est le pari réussi de ces marques et notably de 1083, le jean français. « Je me suis intéressé au jean parce que tout le monde le porte : les jeunes, les vieux, les catholiques, les musulmans, les riches, les pauvres… Et donc, je me suis dit “on va essayer de relocaliser la filière du jean en France“, explique Thomas Huriez, fondateur de 1083. Je me suis lancé en financement participatif en 2013 sur le site Ulule, j’espérais vendre 100 jeans et on en a vendu 1 000. L’aventure a démarré comme ça. C’est très vertueux, parce que pour un jean acheté, on fait travailler au moins dix ateliers. »

See also  Keeplyna announces the lancement office at tobba.tn, a platform with the same number number

250 emplois ont été créés, un argument de vente auquel les consommateurs sont de plus en plus sensibles.

« Les Français are aware of the stakes Made in France »

Pour Fabienne Delahaye, fondatrice du salon Made in France, beaucoup de français ont en effet pris conscience depuis la crise du Covid-19 de l’importance d’acheter local.« Les Français sont vraiment conscient des enjeux qui se jouent avec le made in France, en termes de preservation des emplois, des savoir-faire, en terme d’environnement… Et puis accessoirement, pour diminuer l’abyssal deficit commercial, qui s’explique bien par trop d’importations par rapport à nos exportations », explique-t-elle.
« Je crois qu’il ya aussi la prise de conscience du fait qu’acheter toujours ‘Made in Ailleurs’ nous coûte très cher, parce qu’on croit payer un tee-shirt pas cher, puis on ne préserve pas nos emplois. C’est-à-dire que les deux millions d’emplois perdus dans l’industrie, on les a pas retrouvés dans les emplois de service. Donc, ce sont des indemnités, c’est plus de charges sociales, c’est plus d’impôts, et en fait, à la fin collectively, ça nous coûte beaucoup plus cher », pursuit Fabienne Delahaye.
Et de conclure : « Souvent, quand on associe le Made in France, on lui associe la notion de cherté. Mais quand on parle de produits allemands, Made in Germanytout de suite on pense à “Deutsche Qualität”. Il faut qu’on parle aussi en France de qualité, qu’on cesse de se mettre parfois une balle dans le pied, donc il ya mille raisons d’acheter made in France. »

See also  Washington warns that Tehran will not allow talks to continue