September 27, 2022

The Political Chronicle

Complete US News World

Mettre fin à la révolution verte défaillante : une action audaiseuse pour des systèmes alimentaires résilients ? – VivAfrik

Par Anne Maina : Coordinatrice nationale de l’Association kenyane pour la biodiversité et la biosécurité.

Dans les prochaines jours, l’Alliance pour une révolution verte en Afrique will hold its 12th summit in Kigali, au Rwanda, en promettant de prendre des « audacious measures pour des systèmes alimentaires résilients ». Ils ont intérêt, car ils ont emmené l’Afrique dans la mauvaise direction.

Lors du Forum sur la révolution verte en Afrique, qui se tiendra du 5 au 9 septembre, les responsables gouvernementaux, les chefs d’entreprise et les donateurs internationaux ne treudre pas se se contenter de se serrer la main, mais la tordre en raison du manque de progrès dans la résolution des multiple crises du continent. La production agricole est en baisse, les costs pour les agriculteurs sont en hausse pour des engrais qui ne donnent pas de résultats, et la faim s’accentue, au lieu de s’amelioreur.

La hausse des prices des engrais n’a fait qu’graver une crise alimentaire déjà rendue plus critique par le Covid-19, les conflits et le changement climatique.

Our leaders cannot continue to do something in the same way and expect different results. Comme je l’ai dit aux représentantes du Congrès américain en mars, le modèle de la révolution verte ne donne pas les résultats comptés. Cela fait des années qu’il échoue.

Je n’ai pas été une voix isolée. La société civile africaine, les agriculturists et les chefs religieux ont declaré que l’approche de la révolution verte faisait plus de mal que de bien.

Lors du Forum sur la révolution verte en Afrique (AGRF en anglais) de l’année dernière, ils ont remis une lettre signée par plus de 200 organizations qui demandaient aux donateurs de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA en anglais) de cesser de financer l’initiative.

See also  « 570 million people do not have access to electricity » in the south of the Sahara, according to the World Bank - VivAfrik

Yet, neither l’AGRA nor its donors n’ont tenu compte de notre appel. Au contraire, ils ont continued à faire l’éloge de l’AGRA au lieu d’exiger un changement de cap.

L’Agence américaine pour le développement international (USAID), l’un des principaux bailleurs de fonds de l’AGRA, a par exemple rapidly rejected les conclusions critiques de la propre évaluation des bailleurs de fonds, qui a révélé une faible amelioration de la Productivity ou de la sécurité alimentaire, la plupart des avantages allant aux agriculturists masculins plus riches. L’USAID dit avoir sentée une mission au Kenya et au Ghana pour consulter les «parties pretentants», mais n’a jamais parlé à mon organization ou à toute autre organization qui demandé publiquement un changement.

USAID has declared that it has not found any indication of poor management that would prevent it from pursuing actual funding. « Le vaste réseau de partenaires locaux Africans de l’AGRA soutinet les objectivees de localization de l’Agence », declared l’USAID to a commission du Congrès, donnant ainsi à l’AGRA un soutien sans faille pour pursuivre son modèle désastreux à haut niveau d’entrants.

Cependant, malgré cette intransigeance des grands acteurs de l’agriculture, les réalités du terrain racontent une histoire radicallyment différence et tragique. Les monocultures de maïs et de riz de l’AGRA, alimentées par des engrais synthétiques, ont ruined les sols et réduits les chances des agriculteurs Africans de produire des aliments plus diversifiés et sains, moins dependentants des inputs fossiles. Elle a été désastreuse pour les écologies locales, réduisant la productivity agricole, ruinant les sols et aggravant la crise de la faim.

See also  "We are looking for the contents of your objectives"

Plus tragically, the model of the green revolution has made local agriculture dependent on imports, détournant le dollar difficile à trouver qui aurait permis de réponder à une myriad d’autres besoins.

La situation risque de s’agraver, les prix des engrais synthétiques restant hors de portée des agriculteurs pauvres et des petits exploitants.

During this time, the world’s giants of engrais se nourrissent des affamés, réalisant des bénéficies stratosphériques grâce à leurs exportations vers l’Afrique. A new study carried out by the German researcher Gideon Tups, which he prepared for the charitable organization INKOTA based in Berlin, shows that companies profit from the spectacular increase in the price of fertilizers, which has multiplied by six in the case. du Kenya.

Le rapport, publié en allemand, indique que, par rapport à l’année précédent, les grandes entreprises d’engrais ont pu multiplier leurs bénéficies par 70 et, selon leurs propres chiffres, « récupier plusieurs fois leurs costos accrus ».

L’AGRF, its donors and the African governments should take bold measures to support resilient agriculture that works with nature, develops diversity in cultures and food systems, respects climatic patterns and gives marginal farmers, such as small exploitants et les femmes, les moyens de suvenir aux besoins de leurs familles tout en produisant des aliments pour un continent afamé. L’Afrique dispose d’alternatives viables ici même, chez elle.

Des centers de bio-inputs gérés par les agriculturists qui ont besoin du soutien du gouvernement pour se développer.

La résilience ne peut être atteinte en faisant toujours la même chose et en espérant des résultats différents. La révolution verte a échoué. Je me joindrai à d’autre dirientes communautaires le 1er septembre pour une conference de presse afin de délivrer à nouveau ce message à l’AGRF. Il est grand temps de changer de cap.

See also  The Qatar is the most famous non-membrane OTAN des Otats-Unis

Anne Maina est la coordinatrice nationale de l’Association kenyane pour la biodiversité et la biosécurité, qui est membre de l’Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique. Email: [email protected]