February 3, 2023

The Political Chronicle

Complete US News World

Ouverture du summit États-Unis-Afrique en présence d’une cinquantaine de chiefs d’État

Publié le :

Le sommet États-Unis-Afrique s’ouvre mardi 13 décembre à Washington, the leaders of 49 African countries and the African Union being invited for three days in the American capital, pour parler sécurité, économie, santé ou encore changement climatique. Les États-Unis veulent réaffirmer leur intérêt pour le continent African, après la presidency de Donald Trump.

Le American president se livre à un exercice de rattrapage, estime une source ouest-africaine. Si chaque pays a ses propres attentes, indique cette même source, l’ensemble du continent se réjouir du retour de Washington. During his mandate, the predecessor of Joe Biden, Donald Trump n’avait en effet jamais caché son désinterêt pour l’Afrique : il s’agit du deuxième sommet après celui organized by Barack Obama in 2014, rapporte notre envoyée spéciale à Washington, Magali Lagrange.

Les sujets de discussions de ces trois jours sont variés : lutte contre le terrorisme, contre le changement climatique, sécurité alimentaire, économie ou encore Agoa, du nom de l’accord qui vise à faciliter les exportations africaines vers les États-Uniset qui est produto jusqu’en 2025.

Du côté américain, il ya une volonté de se rapproche de l’Afrique, au moment où d’autres partenaires ont pris plus d’importance sur le continent, comme la China ou la Russie. Les États-Unis veulent aussi mettre l’accent sur l’importance des voix africaines sur la scène internationale.

A dialogue « ouvert » and « même avec ceux avec qui il ya des divergences »

Ayant invité 49 countries plus l’UA, les États-Unis veulent un sommet « ouvert », « même avec ceux avec qui il ya des divergences »., insiste la secrétaire d’État adjointe en charge de l’Afrique Molly Phee, ajoutant que « This reflects the commitment of the president and the secretary of state to have respectful discussions ».

See also  La Côte d'Ivoire prône "des relations normales" avec le Mali après le retour de ses soldats graciés

A forum des affaires aura également lieu avant le point culminant de la reception à la Maison Blanche jeudi. Pour l’administration américaine, il s’agit avant tout de se rapprocher du continent. Le changement de ton se veut complet : dialogue, priorités et intérêts partagés sont les éléments de langage qui reviennent, selon notre correspondent à Washington, Guillaume Naudin.

Washington announced 55 milliards de dollars sur trois ans pour l’Afrique

A little while ago, the national security adviser of the American president Jake Sullivan announced that the United States « vont consacrer 55 milliards de dollars à l’Afrique sur trois ans ». Les funds would be particulier consecrated à la santé et à la response au changement climatique, mais sans donner de details sur leur provenance ou leur distribution.

Il a assured que ces financements, et plus generale l’engagement américain, ne sérient pas liés à l’attitude des pays Africans face à la war en Ukraine, à l’heure où nombre d’entre eux refusent de condemner ouvertement la Russie.

Au sein de l’Union africaine (UA), une source salue la disponibilité de Washington sur ces thèmes… mais précis que la stratégie du continent consiste à diversifier ses partenaires internationaux, qu’il sagisse des États Unis, de la Chine ou de l’Union européenne. Elle précis que les partenariats se mesurent surtout à la realization des projects, au-delà des effets d’annonces.

À lire aussi : Christopher Fomunyoh : «L’engagement africain des États Unis est réel et se projette dans la durée»

Burkina Faso, Guinea, Mali and Sudan are absent

Mais plusieurs pays du continent ne seront pas représentes à ce rendez-vous, Magali Lagrange.

See also  Turkey is betting on warplanes to strengthen ties with Africa

Le Burkina Faso, la Guinée, le Mali et le Soudan n’ont pas reçu leur carton d’invitation pour le sommet de Washington. Ces quatre pays, qui ont connu des coups d’État, sont sous sanctions de l’Union africaine et les Etats-Unis disent s’être basos sur la ligne de l’UA. Le Tchad, en revanche, est convié puisque’il n’est pas sous sanctions de l’organisation continentale.

Deux autres membres de l’UA ne sont pas conviés, indiquent les États-Unis. L’Érythrée – avec qui Washington précie ne pas avoir de relations diplomaticiques entières – et la République arabe sahraouie démocratique. Under the presidency of Donald Trump, les États Unis ont recognized la « marocanité » du Sahara Occidentalone position ensuite confirmed by Joe Biden.

Tous les autres 49 countries du continent sont invités à Washington, plus l’Union africaine. With 50 invitations sent, Les Etats-Unis veulent un summit « ouvert ». Et pour couper court aux critiques concernant certaines invitations, la secrétaire d’État adjointe en charge de l’Afrique Molly Phee affirme que « This reflects the commitment of the president and the secretary of state to have respectful discussions, even if there are differences. ».

Le président camerounais Paul Biya à Washington après des années de relations tendues

Parmi ceux qui ont réponsé present, le président Cameroonian Paul Biya est arrivé samedi 10 décembre soir. À bientôt 90 ans, il participé now rarely à des évènements de ce type et ne s’était rendu aux États-Unis depuis une assemblée générale de l’ONU en 2017. His presence underlines a certain will to reconcile with Washington after several years of delicate relations. sur fund de crisis dans les régions anglophones.

See also  EN DIRECT - Mort de Pelé: Mbappé, Neymar, Ronaldo... Les hommages après le décès de la légende du foot

Au fil du conflit, débuté fin 2016, Washington hardened the tone à mesure que des accusations de violations des droits de l’Homme ont été portées contre les forces de défense et de sécurité camerounais.

En février 2019, l’administration américaine a ainsi mis fin à severalis programs d’assistance et de formation militaire, et bloqué une livraison de matériel. Then, in November of the same year, president Donald Trump excluded Cameroon from Agoa. Si sur le terrain, le conflit continue, la delegation camerounaise pleadera nevertheless pour un retour du pays dans l’accord au cours de ce sommet axé sur le commerce et les investments.

La délegation camerounaise, composée de ten membres, cherchera aussi à obtenir davantage de soutien dans la lutte contre le financement des groupes armés separatistes. Le Cameroun a noté une avancée sur ce sujet avec l’inculpation il ya deux semaines par la justice américaine de trois Américains d’origine Camerounaise qui avaient collecté online 350 000 dollars : l’argent aurait servi à acquireur des arms, des explosives, mais aussi à préparer des lèvements dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

La presse Cameroon relayed the possibility of a tête-à-tête between Paul Biya and Joe Biden. However, the organizers assurent que le président américain ne prévoite aucun aparté avec les participants au sommet.

À lire aussi : La Chine en Afrique, une «amie» qui vous veut du bien?