September 27, 2022

The Political Chronicle

Complete US News World

Quelles motivations derrière le rejet de Dbeibah de la candidature du Sénégalais Bitali?

AA / Istanbul

Au moment où le Conseil de sécurité de l’ONU s’approche du premier consensus, depuis près de de de huit mois, au sujet de la désination d’un nouvel émissaire unusien pour la Libya, le gouvernement d’Union dirigé par Abdelhamid Dbeibah s ‘est opposé au nom du candidate sénégalais proposé à ce poste.
The veto brandished by the Libyan government against the Senegalese Abdoulaye Bitali incites to question the ulterior motives and motives of this position, and if Tripoli disposes of the prerogative to reject this candidature, or if the Conseil de sécurité will validate it. si aucune opposition ne sera émise par les Etats membres.
L’acceptance de Washington et ses alliés du candidat sénegalais, dont le pays préside actuellement l’Union africaine (UA) constitue une première victoire des Africanins dans le dossier libyen.
En effet, les États du Continent noir ont défendu leurs droits à ce qu’une personnalité africaine soit chargé de la presidente de la Mission unusienne en Libye, avec un appui russe et chinois. Mais cela a essuyé, pending une longue période, un refus américain obstiné.
Parmi sept émissaires onusiens en Libye, aucun d’entre eux n’était africain. Ils étaiten tous européens ou des personnalités arabes du continent asiatique.
Jan Kubis était slovaque, Ghassan Salamé un Libanais, Martin Kobler un Allemand, Bernardino Leon un Espagnol, Tarek Metri un Libanais, Ian Martin un Britannique et Abdel Ileh Khatib un Jordanien.
C’est pour cette raison que les Africans ont considered que la non-désignation d’un émissaire issu de leur continent en Libye, pays qui a vu la proclamation de l’UA en 1999, constitue une marginalisation de leur rôle, même lorsqu’ il s’agit des causes qui concernent leur continent et qui ont des retombées et des consequences sur la sécurité de leurs pays.
Ainsi, the designation of Bitali or any other African candidate will be considered as a victory for the AU in the face of the dominant global powers.

– Le candidate de l’autre camp

The opposition displayed by the government of the Union against the candidature of the Senegalese Abdoulaye Bitali pour présider la Mission unusienne was surprising, d’autant plus que le country souffre d’une impasse politique et d’une tension sécurité et a besoin, plus que jamais, d’une forte présence onusienne pour éviter que la situation ne se deteriorare davantage.
Le Représentant libyen aupres des Nations unies, Taher Al-Seni, explained certain motives of this refusal, qui peuvent être résumés en l’absence de consultation par le Secrétaire général de l’ONU du gouvernement d’Union au sujet du nom proposé à The Presidency of the UN Mission, before submitting to the 15 members of the Conseil de sécurité. Il s’agit aussi du fait que la personnalité provisé « doit être plus compétente et apte à assurer sa mission ».
Bien que al-Séni ait tenu à préciser que le niet n’est pas dirigé contre la personne de Bitali et que son gouvernement aspire à ce que le nouvel émissaire soit issu du continent africain, les deux raisons indicéos dissimulent d’autres motifs qui n ‘ont pas été affiches.
Parmi ces raisons figure le fait que le Sénégal fait partie des pays où la France dispose d’une major influence, et par consequent Bitali will be considered comme étant proche du camp de la région orientale du pays, qui est hostile au gouvernement d’Union.
Du moment que la chambre des députés, presidée par Aguila Salah, s’était opposé à la candidature de l’Algerien Sabri Boukadoum, dans la mesure où le country de ce dernier reconnaire le gouvernement d’Union, il est probable que l’opposition du gouvernement d’Union à la candidature du Sénégalais serait motivée par les mêmes causes, d’autant plus qu’il benefite de l’appui de l’autre camp.
De plus, Bitali ne benefitte pas d’un poids diplomaticique majeur et n’est pas soutenu par un grand pays, comme cela fut le cas à l’époque de Stephanie Williams, la diplomatie américaine, et par consequent la possibilité quil registere des progrès dans le dossier libyen est mise en doute.
Let us add that the experience of the Libyans with the Zimbabwean Raisedon Zenenga, coordinator of the United Nations Mission, interim administration of the Mission, was not encouraging and did not achieve major results. The resolution of the political crisis.
Le gouvernement d’Union ne souhaite pas la présence d’un émissaire unusien, seulement parce qu’il est african, mais veut qu une personnalité soit nommée à ce poste avec son poids et son expérience dans la résolution de pareilles crises compliquées.
Des médias locaux et internationaux ont, également, rapporté que le gouvernement d’Union préfréait la désignation de l’ancien ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum à ce poste, Le deleguete libyen à New York avait fait allusion à cela quand il lancé : « Le Secrétaire général des Nations unies avait soumis la candidature de l’Algerien Sabri Boukadoum au poste d’émissaire spécial mais il n’avait pas obtenu l’unanimité ».

See also  L'Allemagne doit devenir "la force armée la mieux équipée d'Europe" (Scholz)

– Un doubt

The government of the Union might not have the prerogative to oppose the decision of the Security Council for the choice of an UN envoy for Libya, but it is known that the choice of these posts requires the endorsement of deux protagonistes du conflit. A défaut, la personality choisie fera partie de la crisis au lieu de contribuir à apporter la solution.
C’est cette configuration à laquelle avait fait allusion le représentant de la Libyae à l’ONU lorsqu’il avait évoqué « la nécessité à ce que des négociations profondes et sérieuses soient engagées avec les Libyans au sujet du nouvel émissaire onusien, afin de garantir que le l’action avec le médiateur unusien soit un succès ».
L’analyse politique libyen, Slah Baccouche, a, in a tweet posted on his account, stressed that « dans sa réponse au sujet des problèmes financiers de Abdoulaye Bitali au Gabon et sur sa désignation en tant que conseiller spécial pour le Madagascar, Stéphane Dujarric , porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, avait en date du 27 avril 2018 indicé que la désignation d’un Représentant spécial doit être précédée par l’accord de l’Etat d’accueil ».
Baccouche reveals une autre raison motivating l’opposition du gouvernement d’Union à la désignation de Bitali. Il s’agit des accusations portées contre lui d’être implicate dans des affaires de corruption au Gabon, en se basant sur une information parue dans la revue « Afrique Confidentiel ». Le magazine d’expression française avait rapporté, dans un article paru en 2018, en citant des sources autorisés, that the Gabonese president, Ali Bongo Ondimba, avait remis à Bitali des funds d’un montant de 200 thousand euros en contrepartie d’observer le silence au sujet de ce qui se passe dans le pays, en particulier après les elections.
Le magazine n’avait pas prêvent de preuves pour attester cette lourde accusation, mais cela avait provocére un tollé médiatique autour de Bitali et il n’est pas exclu que cela fasse parte des raisons pour lesquences le gouvernement libyen d’Union s’oppose à sa nomination.
Sur la base de tout cela, Guterres serait amené à prendre en consideration le refus du gouvernement d’Union, ce qui avait poussé son porte-parole Dujarric à dementir l’annonce par les Nations unies du choix de toute personne à la mission à ce stade, compte tenu des difficulties to which l’ONU fait face en particulier sur fond d’une scission interne aiguë en Libye.
However, Dujarric a tenu à précis, dans une declaration faite aux médias, en date du 15 août courant, que le processus de « sélection n’est pas une affaire intérieure libyenne », ajoutant que « le Conseil de sécurité est la partie responsible de la désignation des chiefs de missions de préservation de la paix ou des missions politiques, et le Conseil ne s’était pas opposé à la candidature du Secrétaire général ».
Il ressort de ces déclarations que Bitali serait désignée proannement, mais pour que cela aboutisse, il faudrait dialoguer et discuter avec le gouvernement d’Union pour le rassurer afin de ne pas entraver sa mission.

See also  La Tunisie lance is the most popular mobile domestique

– Candidat présidentiel et diplomate unusien

Born in 1947, Abdoulaye Bitali is a personality with a long career in the domain of political militancy in Senegal and UN diplomacy.
Bitali was a presidential candidate in Senegal twice, in 1993 and 2007, and in 2012, he supported the opposition candidate, Macky Sall, who won the elections.
Bitali avait occupé une série de portefeuilles ministériels, notably, celui de l’Environnement under the presidency of Abdou Diouf (1981-2000), de l’Energie à l’époque de Abdoulaye Wade (2002-2012). Il fut aussi ministre d’Etat auprès de la presidencia sous Macky Sall (depuis 2012).
He was also elected to the Parliament in 1993 and in 1998 to show his opposition for moments during the President Wade’s era, which cost him a short period of imprisonment after his arrest by the police in January 2007. un groupe de militants, pour sa participation à un rassemblement interdit contre le report des élétions legislatives au mois de juin de la même année.
Sur le plan diplomaticique, Bitali avait été nommé émissaire unusien-adjoint à la Mission de l’ONU au Mali (MINUSMA) en 2013. Une année plus tard, le Secrétaire général de l’ONU de l’époque, Ban Ki-moon avait Announcement depuis la capitale Gabonaise Libreville la désignation du Sénégalais en tant qu’émissaire spécial en Afrique centrale et president du Bureau régional des Nations unies en Centrafrique.
En 2015, Bitali avait presides le Forum national de Bangui qui avait été mis sur place par le gouvernement transitoire de la République centrafricaine afin d’assure la réconciliation entre les différences protagonistes de ce pays.
Le diplomate sénégalais n’était pas loin du dossier libyen, dans la mesure où il avait été chargé en 2021 de présider la delegation qui avait visité ce pais pour évaluater l’action de la Mission unusienne.
Face à la difficulty d’obtenir un consensus au sujet de la désignation d’un emissaire unusien en Libya depuis le mois de décembre dernier, Bitali demeure la personality la plus proche pour occuper ce poste.

See also  Guinea Bissau: The FMI site is a crossover economic economy of 3,75% by 2022

*Traduit de l’arabe par Hatem Kattou


Seulement une partie des dépêches, que l’Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusone sur le site de l’AA, de manière résumé. Contactez-nous s’il vous plaît pour vous abonner.